Après 17 années consacrées aux harmonies sucrées et aux partages gourmands, Véronique Kinal et Jean-Claude Torrelle se mettent en route pour de nouvelles aventures que les esprits étroits appellent retraite bien méritée. Ils partent riches d'un trésor de belles rencontres dont les goûts et les parfums ne sont pas prêts de se dissiper. La barre hissée par Véronique et Jean-Claude sera difficile à atteindre.

D’abord, le Pectinarium, n’est pas une pouponnière de pectinidés, bien qu’il se situe sur le chemin de Compostelle. A l'origine du Pectinarium, il y a la pectine qui provient du pépin, et qui évoque la rencontre d'une difficulté et d'une pérennité ainsi que la contingence d'un fruit que l'on espère beau et goûteux.

J'aime l'idée de ce pépin que l'on sait présent, mais que l'on se surprend à croquer. Ce pépin qui est nécessaire à une suite, une continuation et qui permet de lier!